Concert de Zazie au Sébasto à Lille

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas votre serviteur habituel qui a rédigé la majeure partie de cet article mais une honorable contributrice que j’ai eu la chance d’accompagner au concert, ma cousine, que je vous présenterai bientôt plus en détails et à qui je laisse la parole pour commencer.

Conert Zazie au Sébasto de LilleNous avions donc comme l’a dit Nico des places pour Zazie pour son concert au théâtre Sébastopol de Lille. Salle  intimiste s’il en est, notre artiste en a profité pour offrir un véritable échange et une réelle complicité à son public.
Après un début de concert un peu perturbant (lors de la deuxième chanson, a priori, seuls quelques spectateurs ont du comprendre les paroles), nous voilà plongés dans le nouvel univers musical de Zazie.
Chanteuse à texte engagée comme toujours, son univers musical a évolué vers quelque chose de plus électro, dans la mouvance actuelle.
Ravie d’évoluer dans ce cadre si particulier qui, dixit l’artiste, la change des Zéniths, Zazie sut alterner les moments les plus intenses aux plus intimes comme cette interprétation à même le sol avec ses musiciens de Zen, amenant ainsi habilement l’ambiance du même nom, Zen.

Nous la sentions toute proche, avec l’impression de pouvoir la toucher du doigt. Sur d’autres chansons, Zazie n’est pas en reste pour faire le pitre et nous a montré ses talents de danseuse pas étoile, avec une grâce à la Coluche dès qu’elle tend la jambe en arrière pour faire la ballerine… Une disgrâce qu’elle efface en revanche parfaitement bien dans des rythmes plus cadencés ponctués d’élégants déhanchés.
place concert zazie lilleZazie nous raconte ensuite la création de son nouvel album, l’appel à son frère pour la musique de « Je vous aime » où elle peut ensuite passer un « coup de gueule » même si « cela ne change rien, mais ça fait du bien, mais ça change rien, mais ça fait du bien »… Cette artiste a également le don de la mise en scène pour la chanson « Le jour J » écrite par son guitariste Philippe Paradis. Chanson qu’elle aimait beaucoup et que celui-ci a bien voulu chanter avec elle car il est très gentil nous dit elle, en soulignant avec humour qu’il n’avait pas le choix.
Bref, les morceaux s’enchaînent avec rythme, mixant à la perfection les nouveaux titres comme « Amazone » avec ses grands classiques : « Rodéo », « Rue de la paix »…
Les deux heures passent trop vite et c’est déjà l’heure du rappel où Zazie nous remercie de ne pas l’avoir fait à la Birmane, c’est-à-dire de ne pas être parti(e)s avant qu’elle ne revienne. Nous terminons en apothéose avec « Je suis un homme » et enfin « Tout le monde » pendant lequel Zazie vient se mélanger au public pour un ultime moment de communion.

Virginie Ooghe

Alors je vais quand même, moi aussi, vous donner brièvement mon ressenti. Si j’ai regretté les passages trop importants à mon goût de son nouvel album et de son nouveau style façon pop psychédélique, j’ai en revanche beaucoup apprécié « l’ancienne Zazie », celle que j’allais voir en priorité. Si je plaide coupable dans la méconnaissance de son dernier album, j’ai bien aimé la Zazie drôle (parce qu’elle a effectivement beaucoup d’humour) et proche de son public. Rien que la version acoustique toute particulière de Zen, assise avec ses musiciens façon feu de camp, dont elle nous a gratifiés restera un excellent souvenir.

Nico

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.