Téléthon 2014

Aujourd’hui, nous sommes le 6 décembre 2014 et il se trouve que c’est la Saint-Nicolas. Je remercie ainsi tous les gens qui ont eu d’une façon ou d’une autre la gentillesse de me souhaiter une bonne fête. J’aimerais profiter de cette modeste tribune liée à mon prénom qui a pu m’être offerte pour vous parler d’un sujet qui me tient à coeur, ce que vous savez si vous me connaissez IRL.

Téléthon 2014

telethon.jpgCe sujet, c’est celui de la maladie. Et la date est tout sauf anodine. Si je vous en parle ce jour, c’est parce que ma fête tombe cette année en plein dans le week-end où le petit écran met en avant le Téléthon. Aussi, si vous me permettez d’abuser quelque peu de votre générosité, j’aimerais, si vous souhaitez me faire un petit cadeau, que vous pensiez à composer le 3637 ou mieux encore, que vous alliez faire un don directement sur le site Internet du Téléthon. Quand on regarde cela d’un œil extérieur, on peut parfois avoir l’impression, en des temps pas forcément faciles à vivre pour tout le monde, que ce sont toujours les mêmes phrases qui reviennent, que chaque don compte, que tous les petits dons sont les bienvenus, qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Le sentiment qui doit l’emporter, c’est que ces phrases sont toujours d’actualité. Ce qui était vrai pour le Téléthon 2013, l’est toujours aujourd’hui. Comme vient tout juste de le dire Gérard Jugnot à l’antenne il y a de cela quelques minutes, on s’arrêtera de donner quand on aura réussi à tout trouver. Donc oui, il est toujours là et il faut, dans la mesure du possible et de nos moyens, que nous soyons toujours là aussi. Et si vous avez encore besoin de vous donner un peu de courage pour franchir le cap, n’hésitez pas à regarder le témoignage de Jeanne, qui se bat, avec le soutien aussi touchant qu’indéfectible de sa famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.